Formations militantes: pour que chaque citoyen.ne sache défendre ses droits!

Pour un service d’ordre féminin à la mobilisation pro-choix du 29 mars !

Formation le jeudi 27 novembre

 vie digne

On entend souvent que les féministes ne sont jamais d’accord entre elles. Effectivement, il n’y a pas une doctrine féministe régie par une institution. Le féminisme est un ensemble de pratiques et de croyances très variées et les débats concernent autant les modes d’actions que les revendications. Ceci n’est pas l’indication d’un problème, mais de la bonne santé du mouvement, car l’homogénéité est la mort de la politique. Les femmes peuvent souhaiter vivre de manières très différentes ; elles sont, après tout, toutes différentes, ce qui est le corollaire naturel de la déconstruction de l’essentialisme. Ce qui nous constitue en groupe d’intérêt n’est pas l’homogénéité de nos envies ou de nos modes de vie souhaités, mais que nous nous trouvons toutes sous le joug des mêmes contraintes, coincées dans des rôles que nous n’avons pas déterminés pour nous-mêmes et dans des situations qui nuisent à nos droits fondamentaux.

Ne me libérez pas, je m’en charge!

Les féminismes doivent donc viser à élargir les possibilités des femmes. Si toutes les femmes étaient outillées pour défendre des intérêts qui leur sont chers, nous ne devrions plus, en tant que féministes, nous demander ce qui ferait leur bonheur et leur liberté, car nous pourrions toutes l’exprimer et le réaliser, librement, publiquement, fortement. Or, l’apprentissage à la pression citoyenne, au militantisme, ne fait pas partie de l’éducation des classes opprimées, dont les femmes. Quand l’égalité est acquise de jure, exclure les femmes de l’espace publique, de la parole publique et citoyenne, est un moyen premier de les maintenir malgré tout dans leur position de citoyennes de seconde classe. Les collectifs militants sont dominés par les hommes, au même titre que toutes les institutions belges. Les femmes qui sont présentes ont tendance à disparaître si elles ont des enfants, les réunions en soirée et l’énergie demandées rendant difficile la conjugaison d’une vie de famille avec le militantisme. Les porte-paroles des associations et partis de gauche sont d’ailleurs majoritairement des hommes. Pour une femme, tenter de se faire entendre à une réunion quelconque reste chose difficile.

Les femmes sont donc insuffisamment outillées pour défendre leurs droits. Elles sont par ailleurs socialisées pour se remettre en question plutôt que de remettre en question leur entourage. Ceci a pour conséquence une certaine récupération des luttes des femmes pour les intérêts masculins. Prenons par exemple les mobilisations pro-choix : pourquoi rassemblent-elles des milliers, femmes et hommes confondus, alors que lors des mobilisations pour d’autres causes féministes, ces alliés masculins sont absents? En ces temps, la liberté sexuelle est trop souvent brandie comme une étiquette féministe qui cache une défense de la liberté des hommes à disposer de nos corps. Ne devrions-nous pas être pls vigilantes et faire plus d’efforts pour (re)prendre le contrôle de la lutte pour l’accès à la contraception et à l’IVG ? Ne devrions-nous pas nous demander pourquoi cela intéresse tant les hommes alors que des problèmes tels que le harcèlement sexuel au travail sont l’objet de commentaires minimisants, voire dénigrants ? Lecteur homme dont les intentions sont bonnes, posez-vous les questions suivantes : quelle cause féministe vous intéresse le plus ? Pourquoi ? Lectrice, pensez au dernier événement militant auquel vous avez participé. De quoi s’agissait-il ? Des hommes étaient-ils présents?

L’importance accordée à une lutte féministe est variable ; des intérêts féministes qui rejoignent ceux des hommes seront défendus avec plus de ressources que des intérêts qui remettent en question leurs privilèges. De manière similaire, une cause qui peut être instrumentalisée à des fins de domination sociale occupera les médias et autres ressources publiques, alors que nous n’atteignons jamais cette visibilité avec un problème comme les inégalités au travail. Afin d’éviter ceci, une seule solution : outiller les femmes. De très importantes négociations concernant le projet social de la Belgique ont maintenant lieu ; si nous voulons que les revendications féministes soient prises au sérieux, nous devons impérativement être présentes ; dans les collectifs, dans les médias, dans la rue.

Nous proposons à cette fin une série de formations au militantisme ; la toute première portera sur le service d’ordre. Nous apprendrons ce jeudi 27 novembre à préparer et à assurer un service d’ordre de manifestation. Celle-ci est ouverte à toute femme, et une de ses raisons d’être est que le Cercle Féministe souhaiterait une première ligne de femmes à la manifestation pro-choix du 29 mars. L’image présentée chaque année à cette mobilisation est celle d’une île de femmes entourée d’un service d’ordre masculin, la figure même du protecteur patriarcal. Nous pensons que ceci n’est pas anodin. Nous sommes entièrement capables de gérer cette lutte comme nous l’entendons, et nous faisons assez confiance à nos alliés masculins pour penser qu’ils comprendront et qu’ils seront présents.

Imaginez la mobilisation du 29 mars. Imaginez un service d’ordre de femmes. Imaginez des femmes au micro, et uniquement des femmes. Imaginez la présence d’alliés masculins, contents de nous laisser prendre la parole et de gérer cette lutte. N’est-ce pas beau comme image ? Réalisons-la, ensemble.

Eleanor Miller

27/11/2014 à 18h30, formation au service d’ordre avec Nassera Saoudi

Inscriptions via cerclefeministeulb@yahoo.com. Cette formation est gratuite mais une contribution à la collecte pour les SDF avec qui travaille Nassera sera la bienvenue.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s